Spoune

Spoune, c'est 2 emails par mois 📩
pour devenir money-smart 💡
Abonnez vous !
Bienvenue à bord ! à très vite dans votre boîte aux lettres.
Oops! Something went wrong while submitting the form.
Recevoir Spoune

Peut-on devenir riche en écrivant un livre ?

Apprendre à vivre de sa plume

On espère que vous avez remarqué : chez Spoune, on adore les mots. On passe énormément de temps sur nos newsletters pour qu'elles soient les plus riches, divertissantes et informées possibles.

Lundi 29 janvier, on organise un séminaire spécial copywriting chez nos amis de Livementor. Plus de détails en bas de ce mail !

----

Début novembre, l’air est frais. Vous sortez d’un petit restaurant à deux pas de l’Opéra. Dehors, une foule compacte. La foule vous reconnaît, hurle. Des micros se tendent. Vous bégayez, remerciez laborieusement votre éditeur. Et puis… vous vous réveillez.

Quoi, vous aussi rêvez de décrocher le Prix Goncourt ? Vous n’êtes pas le seul : 12 millions de Français y ont déjà pensé. Devenir riche et célèbre grâce à la plume, c’est possible ?  

Aujourd’hui, Spoune ne parlera ni ligne comptable, ni livre sterling, mais bien de la thunasse et la plume. Devenir riche en écrivant des livres, et si c’était vrai ?

Spoune c’est une bonne situation ça, un écrivain ?

On va y aller cash : non. Ça ne gagne rien (ou presque). En 2016, on estimait à 100 000 le nombre d’auteurs publiés. Et sur ces 100 000 wannabe Prix Goncourt, 95 % n’ont déclaré aucun revenu lié à leurs livres.

  • 0,15 % ont gagné plus de 100K €
  • 0,85 % ont gagné entre 30K € et 100K €
  • 2,5 % ont gagné entre 10K € et 30K €
  • 0,9 % entre 5K € et 10K €
  • 0,6 % moins de de 5K €

Bref, les happy few qui vivent de leur plume sont vraiment très très few : au final, seulement 1 % d’entre eux ont gagné plus de 30K €… Et pourtant, quand on pense à la place que les livres prennent dans la vie (et le salon) de tant de gens, ça semble absurde. Non ?

Mais Spoune, les écrivains seraient donc comme les poètes : maudits ??

Tabernacle ! On ne sait pas si c’est une malédiction, mais disons qu’il y a au moins 2 raisons principales pour lesquelles “plume” ne rime pas avec “thune”.

Raison #1 : Trop d’auteurs, trop peu de lecteurs

Si l’argent ne coule pas à flot dans le secteur du livre, c’est avant tout parce qu’il y a une forte inadéquation entre l’offre et la demande :

Source : les chiffres du livre en France (2016)

Résultat ? Près de 100 millions de livres sont envoyés au pilon chaque année… et détruits sans avoir été lus.

Raison #2 : Chacun veut sa part d’un tout petit gâteau

Pour produire et vendre un livre, ne suffit pas d’un bon auteur. Il faut…

  •   Une maison d’édition qui corrige bien plus que des fautes d’orthographe = 15-20 % du prix du livre
  •   Un bon imprimeur (dédicace à ceux qui reniflent les livres neufs) = 10-15 %
  •  Un distributeur et un diffuseur (souvent liés à la maison d’édition) qui font connaître le livre à toutes les librairies de France = environ 20 %
  •   Une super librairie avec un gros budget post-it “coups de coeur” = environ 30 %
  •   Et l’État français parce qu’il a bien fallu que l’écrivain apprenne à lire et à écrire  = 5,5 % de TVA

Et l’auteur ? Et bien il prend ce qui reste, c’est à dire entre 7% et 12%. Pour un livre à 20€, entre 1,4€ et 2,4€… 🥜

Garde tes cacahuètes, Spoune. Je vais te hacker tout ça avec l’auto-édition sur Amazon mouahahaha

Hum, fausse bonne idée. 

Il y a bien des alternatives aux maisons d’édition : auto-édition ou “édition à compte d’auteur” aka la vanity press. Le principe ? Je paye donc je suis… publié ! Mais bon, sans relecture ni aide pour la diffusion, vous n’avez à peu près aucune chance de vendre votre livre. Et pour un coût entre 1 600 à 4 800€, ça fait cher l’ego-trip

Pour gagner sa vie avec l’écriture, le mieux, c’est plutôt de ne pas trop miser sur la littérature. Car des moyens de faire décoller ses finances à coups de plume, il y en a plein : en devenant rédacteur, ghostwriter, copywriter ou créateur de contenu, par exemple…On en parlera plus en détail dans notre webinaire en partenariat avec LiveMentor

Pour s’inscrire gratuitement, c’est juste là.

OK Spoune mais il y a quand même d’autres raisons d’écrire que l’argent…

Bien sûr, y’a pas que l’argent dans la vie… Et même si publier un livre ne vous rendra sans doute pas riche, il y a plein de bonnes raisons de publier un livre :

  • La carte de visite : pour un entrepreneur qui veut partager sa vision.
  • La notoriété : pour un politique qui veut être invité sur les plateaux TV.
  • La légitimité : par exemple quand une influenceuse vend 350 000 exemplaires, tout de suite, on la prend plus au sérieux. 
  • Pour la beauté du geste : comme le mythique La Longue Route, carton d’édition qui raconte l’incroyable histoire de Bernard Moitessier qui abandonne la première course en solitaire à la voile autour du monde alors qu’il allait la remporter… et dont Moitessier a reversé les droits d’auteur au pape (!).
  • La postérité : pour avoir une chance de voir ses ventes décoller des années après la parution, il y a deux méthodes : 
    - #1 : Gagner le prix Nobel de littérature (comme Annie Ernaux dont l’éditeur Gallimard vient de rééditer 1 million d’exemplaires).
    - #2 : Mourir… comme Matthew Perry ou Simone Veil, entre autres.

Evidemment, on vous recommande la technique #1…

Bon et sinon : quelques conseils pour mieux écrire ?

Ça aussi : on en a plein, et on vous les partagera pendant notre webinaire. Mais si on devait résumer, il y aurait déjà ces quatre-là :  

  • Écrivez tous les jours : c’est LE conseil appliqué par 100 % des bons écrivains. Pas besoin d’écrire un pavé, simplement sur un sujet qui vous intéresse. 
  • Lisez : eh oui, c’est aussi (voire surtout) en lisant qu’on devient écrivain. 
  • Ecrivez comme à un ami : faites simple. Les meilleures histoires et la meilleure manière de les raconter sont souvent les plus spontanées. 
  • Soyez original : concentrez-vous sur ces petits détails que vous pensez être les seuls à avoir remarqués. C’est eux qui donneront à votre plume toute son originalité.

Conclusion

Alors, c’est une bonne situation ça, écrivain ? Disons que vous avez peu de chance de devenir riche en publiant des livres. En revanche, écrire peut-être un excellent moyen de booster un business, créer une communauté, faire avancer un projet, ou même juste convaincre des potes… Alors ne sous-estimez pas le pouvoir de la plume !

L'Uppercut du jour

Grande première ! Lundi 29 janvier, on organise notre premier séminaire de copywriting avec nos potes de Livementor, la formation pour booster vos projets pro ou perso grâce à une méthode et des coachs éprouvés auprès de 25 000 participants.

Le séminaire sera animé par Alexandre Dana, co-fondateur de Livementor, et Maxime Froissant, rédac’chef de Spoune. Ils vous partageront les meilleurs conseils qu’ils aient reçus et les meilleures techniques pour avoir une écriture impactante.

Ah, on allait oublier : en plus, c’est gratuit. Pour participer, il suffit de s’inscrire juste ici.

Alors, see you Spoune ?