Spoune

Spoune, c'est 2 emails par mois 📩
pour devenir money-smart 💡
Abonnez vous !
Bienvenue à bord ! à très vite dans votre boîte aux lettres.
Oops! Something went wrong while submitting the form.
Recevoir Spoune

Être vieux ça rapporte

Alors, bientôt la retraite ? Que vous soyez team FIRE à chercher à arrêter de bosser à 33 ans ou plutôt team Mich-Mich Drucker qui enquille sa 23ème saison de Vivement Dimanche à presque 80 ans… Dans tous les cas, sorry : un jour, votre vieillesse viendra 😰

Dentiers, rhumatismes (sans parler des couches) : clairement, on n’a pas envie de penser au grand âge tous les jours. Mais plus on anticipe, plus on maximise nos chances de se la couler douce une fois la quille arrivée. Alors aujourd’hui, on appuie sur avance-rapide pour préparer le calendrier de nos vieux jours.

Et on commence par une bonne nouvelle…

Il n'a jamais été aussi profitable d'être vieux  

La meilleure technique pour devenir riche ? Elle est toute simple : vieillir. Les chiffres sont clairs : parmi les 10% de Français les plus riches, 70% ont plus de 50 ans et 40% sont retraités. En 2018, le patrimoine moyen des ménages de plus de 60 ans est même 8 fois plus élevé que celui des moins de 30 ans : 38 500€ contre 315 200€ 😱
Pourquoi ? Il y a deux mécanismes à l’oeuvre :

  • Effet âge : quand on passe sa vie à épargner, logique qu’on finisse plus riche qu’on a commencé.
  • Effet génération : les vieux d’aujourd’hui, en particulier ceux nés dans les années 50 et 60, ont eu toutes les chances : la paix, le plein emploi, des prélèvements sociaux plus faibles qu'aujourd'hui, un système de retraite plutôt généreux, sans oublier un immobilier par cher (les prix ont fait x10 en 40 ans). Bref, des conditions idéales pour se créer un joli petit patrimoine en mode OK boomer.

Mais rien ne nous assure que ce qui est vrai pour les vieux d’aujourd’hui le soit encore pour les vieux de demain… dont nous. Mieux vaut donc s’y préparer sans plus tarder.

Vous ne voulez pas vieillir ? On vous souhaite quand même fort que ça vous arrive…

Mais avant, observons un peu nos parents…

Le plus souvent, les parents vous rapportent gros:

Même si on ne s’en rend pas toujours compte, les parents nous rendent toujours de sacrés services 🙏

  • Directement : entre 30 et 40 ans, les Français touchent encore plus de 100€/mois d’aides de leurs parents. Et 28% d’entre eux achètent un appart’ grâce à un héritage ou une donation (c’est même 33% en Île-de-France). Pour les autres ? Heureusement, il y a Virgil 🤩
  • Indirectement : en rendant des services non monétisés qui valent chers, à commencer par la garde d’enfants. Deux tiers des enfants français sont gardés occasionnellement par leurs grands-parents soit 16,9 millions d’heures de garde par semaine ! Quand on sait qu’une heure de baby-sitting coûte 11,50€ à Paris et que 25% des enfants sont gardés 4 heures par semaine par leurs grands-parents, cela fait près de 200€ d'économies par mois pour un quart de la population.
Ça coûte combien un parent qui vieillit ? 

Eh oui, la solidarité entre génération, ça va dans les deux sens. En 2011, les Français ont donné 2 milliards d’euros à leurs parents ou grands-parents. Cela reste très loin du flux inverse des parents vers les enfants (13 milliards) mais ce n’est pas anecdotique pour autant. Et si vous n’osez pas poser la question, on y répond quand même : oui, vous êtes légalement obligé de venir en aide à vos ascendants. Après tout, vous leur devez la vie. 

Si, comme 10% des plus de 75 ans, votre maman ou votre papa doit aller dans une maison de retraite, voici ce qui vous attend :

  • Coût d’un Ephad : 1 800€/mois (et 3 300€ à Paris)
  • Aides financières de l'État : 100€/mois en moyenne
  • Reste à charge : 1 700€
  • Ressources moyennes d’un retraité français : 1 300€
  • Reste à payer pour les descendants : 400€, potentiellement pendant 10 ans puisque l’espérance de vie en France est de 85,3 ans pour les femmes et 79,3 pour les hommes.

Argh… Et s’il reste chez lui ? C’est moins cher ?

Le scandale Orpéa a fini par nous convaincre, vieillir à domicile c’est pas du luxe. D’ailleurs, sur les 15 millions de retraités français, 85% d’entre eux le souhaitent. Mais rester à la maison, ce n’est pas si simple et c’est surtout très cher 😌

Une étude du site retraite.com calcule qu’en plus des frais récurrents, il faut prévoir 1 090€ par mois en moyenne (soit 13 078€ par an) pour vieillir dignement chez soi entre 65 et 85 ans.

Portage de nourriture, ménage, aides personnalisées… plein de dépenses déboulent sans prévenir quand arrive le grand âge. Sans compter les frais de santé courants (mutuelle, optique ou dentaire) qui ne font qu’augmenter.

Attention, on prévoit :

Pour espérer rester à la maison dans de bonnes conditions, il faut donc accumuler un petit pécule et ne pas se reposer sur sa retraite car les coûts augmentent de façon exponentielle avec l’âge, contrairement à la retraite qui reste invariablement la même.

À mon tour d'être vieux : le cap de la retraite

60, 62, 65 ans… difficile de prédire quand vous partirez à la retraite. Si ça vous parait loin (c’est bon signe !), sachez que derrière, toute une autre vie vous attend : plus de 26 ans passés à la retraite en moyenne pour la génération née en 1951. 26 ans, c’est long. Et niveau revenus ? 50% : c’est en moyenne ce que touche un salarié du régime général avec une retraite pleine calculée sur ses 25 meilleures années de salaire.

Attention, on prévoit :

Quand on sait que le loyer représente 35% du budget mensuel des Français, pas besoin d’être prof de maths pour comprendre qu’il ne reste pas grand-chose si on est locataire. La priorité avant la retraite, c’est donc de devenir propriétaire de sa résidence principale en profitant le plus tôt possible de l’effet de levier.

Maintenant que vous avez le plan en tête, on peut passer aux réjouissances. Car la retraite, c’est aussi un très très long congé payé. Ça fait rêver, non ?

Vieillir, OK. Devenir vieux, non merci.

Qu’est-ce qu’un jeune retraité de 65 ans et une personne âgée de 80 ans ont en commun ? Pas grand chose si on compare George Clooney (61 ans) et notre papi Yvon… En revanche, on peut choisir de rester jeune quelque soit son âge… et ça, c’est une excellente résolution ! D’ailleurs, dans ce domaine, les bonnes idées ne manquent pas:

  • Une coloc pour nos vieux jours. C’est la proposition de la super start-up Colette : elle réunit des étudiants qui cherchent à se loger et des personnes âgées qui ont une chambre en plus. Un complément de revenu qui sera le bienvenu (voir plus haut !) et une vraie cure de jouvence à la maison. Ouverture d’un compte Tiktok négociable dans le bail.
  • Arrêter de travailler… et rester actif. S’engager dans une asso, voyager, se réinventer acteur ou écrivaine : à la retraite tout est permis. Si se lancer seul peut être angoissant, les Talents d’Alphonse, par exemple, proposent des accompagnements pour que la retraite ne soit pas synonyme de mise à l’écart de la société.
  • Tous à la cantoche ! Dans le village de Bioule dans le Tarn, la cantine scolaire a ouvert ses portes aux plus de 75 ans du village. En plus, la purée, c’est pratique quand on a pas beaucoup de dents (à 7 comme à 77 ans). 
  • Quelques vieux qui ont su rester jeunes dans leur tête: Les 77 conseils de Perla Servan-Schreiber; Les conseils de Satish Kumar, apôtre de la Satish-faction; Les 103 conseils de Kevin Kelly.

Grâce à Perla Servan-Schreiber, vous savez que l'âge est un formidable accélérateur de liberté. Et pour profiter de cette liberté pleinement, on prévoit un peu… sans pour autant repousser à après-demain le planning des festivités. Comme le suggère Tim Ferriss dans le livre culte La semaine de 4 heures, pourquoi ne pas s’organiser des longues plages de retraites (quelques mois feront l’affaire) tout au long de notre vie active, sans attendre le moment où l’on sera trop vieux, trop malades ou trop pris par nos petits-enfants pour vraiment en profiter ?

🥄 Partagez à un ami toujours jeune dans sa tête :
partagez Spoune ! 🥄

L'Uppercut du jour

« Tous bourrés dès 8 heures, soutien aux viticulteurs ! » : ce vieux slogan de manif inventé pendant les grandes grèves de 1976 sous Giscard pourrait bien être celui de Margaritaville, ce paradis pour retraités américains fondé par le chanteur de country Jimmy Buffet. Dans cette communauté qui regroupe désormais des milliers de résidents au nord de la Floride, chacun possède sa propre maison avec parking mais tous se retrouvent à l’heure de l’apéro. “C’est comme être à l’université, mais avec de l’argent et sans avoir à étudier” explique Stuart Schultz, ancien directeur de camp de vacances venu à Margaritaville pour sa retraite. Entre les parties de beer-pong et l’oktoberfest, pas de répit pour papi et mamie !