Spoune

Spoune, c'est 2 emails par mois 📩
pour devenir money-smart 💡
Abonnez vous !
Bienvenue à bord ! à très vite dans votre boîte aux lettres.
Oops! Something went wrong while submitting the form.
Recevoir Spoune

Le guide de l’investisseur pessimiste

🥄Temps de lecture : 
7
 min.

Chez Spoune on est aussi re-confinés, et ça nous donne envie de chercher la sérénité. Et quoi de mieux que de savoir comment aborder le futur en fonction de vos aspirations ? On commence par l’investissement en temps incertains. Bonne lecture !

Toute décision d’investissement dépend en général de deux choses :

🧗🏼‍♀️

1) Votre aversion au risque : vous arbitrez entre les actifs en comparant niveau de risque vs promesse de rentabilité.

2) Votre confiance dans l’avenir : on investit toujours car on espère un “retour sur investissement” - ce qui implique nécessairement la conviction que “l’avenir sera meilleur”.

La plupart du temps, ce 2e point ne fait même pas débat : tout notre modèle économique est fondé sur la perspective de la croissance, et donc d’un avenir meilleur. Mais… et si ce n’était pas le cas ? On fait quoi ?

Chez Spoune, en général, on est clairement plutôt du genre à voir le verre à “moitié plein”. Mais vu le contexte un chouïa complexe dans lequel on est en ce moment, on a imaginé le guide de l’investisseur pessimiste.

Ou comment investir quand tout va mal
(ou disons en tout cas, pas très bien)


Bon, on n’a pas de boule de cristal, mais comme à l’époque on avait une belle DVDthèque, on s’est inspiré de nos films préférés pour imaginer plusieurs scénarios correspondant à votre score d’optimisme.

Scénario 1 : Nous irons tous au Paradis

Note d’optimisme : 9 à 10

Votre profil :
La crise et la pandémie n’entament en rien la pleine confiance que vous avez dans nos institutions et dans nos gouvernements. Pour vous, la  prise de conscience collective qui permettra à nos concitoyens de surmonter ensemble la polarisation croissante des enjeux économiques et sociaux du moment doit intervenir dans les prochains jours (ou disons début 2021, grand max).

Votre stratégie d’investissement :
Comme souvent avec les belles histoires, il n’y a pas grand chose à dire ! Le trend de votre moral est aussi stable que votre projection du CAC sur 20 ans. Vous vous reposez sur les acquis classiques et solides que sont :

  • Le PEA, ou Plan d’Epargne en Actions : vous placez votre épargne sur des actions que vous choisissez soit par vous-même, soit en passant par des fonds. Le PEA, c’est pour la part de votre épargne sur laquelle vous êtes prêt à prendre des risques supérieurs pour des rendements plus importants.
  • L’assurance-vie : comme 45% des ménages français vous avez une assurance-vie, mais vos placements à l'intérieurs sont plus punchy que la moyenne. À la place du fonds euro dont les taux diminuent chaque année, vous avez investi sur des fonds action pour profiter de l'avenir radieux que vous espérez.

Et si vous ne savez pas où donner de la tête, voici un petit compte rendu du match Assurance-vie vs PEA.

Scénario 2 : La vie est un long fleuve tranquille

Note d’optimisme : 7 à 8

Votre profil :
OK, il y a sans doute 2 ou 3 trucs qui vont dérailler. Mais tout ça n’atteint pas votre légendaire sérénité. Vous voyez même dans les changements à venir une bonne occasion d’amorcer ces revirements qui vous travaillent depuis un certain temps. Et si c’était le moment de franchir le pas ?

Votre stratégie d’investissement :

  • Votre résidence principale : si vous n'êtes pas trop inquiets sur le court terme, vous vous dites qu'avoir un toit – surtout une fois que vous aurez remboursé une bonne partie de votre crédit – c'est toujours quelque chose qu'on ne pourra pas vous prendre. Et ça vous augmentera beaucoup votre sérénité sur le reste.  Ce n'est pas nous, chez Virgil, qui allons vous dire le contraire 😊
  • La maison de campagne : Les prix des métropoles ne peuvent pas monter plus haut et le télétravail vous permet enfin de peaufiner vos macros Excel sans éloigner des vos plants de tomate adorés. C’est décidé : vous allez investir dans une résidence secondaire - en plus, ça monte en ce moment. Et peu importe qu’on vous explique que c’est un gouffre financier (Et oui… ce sera peut-être le kif du siècle, mais entre l’entretien, la valeur que vous accordez à vos embellissements vs la valeur perçue par de futurs acheteurs et l’absence de tension du marché, la probabilité que vous fassiez une bonne affaire est réduite).
  • La diversification de portefeuille ? - on en parle ici
  • Les cryptos ?  on en parle ici

Scénario 3 : Jurassic Park

Note d’optimisme : 4 à 6


Votre profil :
Grand disciple du mythique professeur Malcolm, vous croyez dur comme fer à la théorie du Chaos mais restez aussi persuadés que “la vie trouve toujours son chemin” - et que, donc, on s’en sort toujours à la fin.

Votre stratégie d’investissement :

Vous-même !

Votre boîte a quand même mis pas mal de monde au chômage partiel et, malgré les aides de l’Etat, les charges commencent clairement à peser gros sur la tréso. Pour éviter de vous retrouver grosjean comme devant en cas de licenciement, vous construisez d’ores et déjà une carrière anti-fragile, selon le concept de Nicholas Taleb : les épreuves et le stress ne vous atteignent pas, au contraire : ils vous rendent plus fort. Pour parer à toute éventualité, vous avez même...

  • pris quelques missions de conseil en free, histoire de vous faire connaître
  • créé un site sur le modèle www.votrenom.com où vous vous adonnez aux joies du personal branding
  • commencé à accumuler une petite audience sur votre blog - vous espérez bientôt pouvoir basculer vos articles sur un modèle d’abonnement type Substack
  • et biensûr, vous ne fermez jamais l'oeil sans The Last Safe Investment sur votre table de chevet.

🪨

La pierre et les tapis...

Il n’y a pas si longtemps, l’inflation était beaucoup qu’un concept abstrait tiré des manuels d’éco : entre 1970 et 1985, elle atteignait régulièrement 14 %... et mieux valait ne pas se louper au moment de négocier son augment’ de fin d’année... Aujourd’hui ? Même si l’inflation est hyper faible, avec les dettes que les pays accumulent à grands coups de plan de relance (en France, elle pourrait quasiment atteindre un record de 119,8 % du PIB, contre un objectif de 98,8% pris… en 2019), elle risque de revenir fort…
Le remède ? Dans les années 70, les comptes sur livret se dévaluaient tellement vite que les gens achetaient des tapis persans. Vous aussi, trouvez votre valeur refuge : un bien matériel qui ne dévalorisera pas. En fonction de vos liquidités, ça peut aller du tapis persan à la villa au cap Ferret…


Scénario 4 : Il faut sauver le soldat Ryan

Note d’optimisme : 2 à 3

Votre profil :
Pour vous, on est tous sur le même bateau. Plus précisément : un frêle esquif en métal qui rame tant bien que mal vers Utah Beach, les mortiers nazis pointés droit sur lui. Vous êtes inquiet, mais lucide : oui, on va tous passer un sale quart d’heure. Et après, il faudra encore lutter pour retrouver ses petits...

Votre stratégie d’investissement :

Stade 1 : l’expatriation, aka “cash for passport”

La menace qui vous effraie encore plus que l’inflation, c’est celle d’une fiscalité éléphantesque. Pour y échapper, un seul moyen : la fuite, ou plutôt… la double nationalité. Car plusieurs pays du monde proposent bien, moyennant finance, de vous accorder une deuxième nationalité… avec en prime un régime fiscal protégé. Attention quand même au ticket d’entrée, souvent assez élevé :

  • Estonie : 100 euros pour obtenir le statut d’e-resident
  • Sainte-Lucie : 100 000$ (mais condition de patrimoine de 3 millions$)
  • Saint-Christophe-et-Niévès : 250 000$
  • Chypre : investissement immobilier de 2 millions d’euros
  • En Suisse, les cantons peuvent accorder des dérogations spéciales aux “riches étrangers” dont la domiciliation fiscale en Suisse pourrait représenter un “intérêt public majeur”.

Stade 2 : l’expatriation bancaire, aka le “compte en Suisse”

Autrement plus préoccupant que les impôts : la possible faillite des banques et le le blocage des comptes (légal en France en cas de crise depuis la loi Sapin 2). Contre ça ? Vous avez prévu des dépôts à l’étranger (coucou la Suisse). Et pour les liquidités, vous êtes de toute façon allongé depuis bien longtemps déjà sur une superbe collection de tapis persans (cf profil précédent).

Eh oui, il n'y a pas que les fraudeurs qui ouvrent des comptes à l'étranger : une très grosse partie des comptes en Suisse sont totalement déclarés au fisc et simplement ouverts parce que leurs détenteurs sentent leur argent plus en sécurité dans un pays historiquement neutre.

Scénario 5 : The Road

Note d’optimisme : 0 à 1

Votre profil :
Foncièrement pessimiste, vous êtes au fond du trou et êtes convaincu qu’après l’effondrement (inévitable à moyen terme), il ne restera qu’un tas de cendres géant dans lequel les rares survivants repenseront à Twitter comme un havre de paix.

Votre stratégie d’investissement :
La sortie de l’économie monétaire : vous pensez que bientôt, un simple bidon de gasoil vaudra 10x la moindre action des GAFA - ces éphémères feux de paille. Vous avez donc retiré tous vos fonds pour investir dans un bunker, quelques tonnes de riz ainsi qu’un bon manuel survivaliste. Sans oublier, évidemment, les Chocapic pour le petit déj’..

Une conclusion ?

Ouhla. Plus que jamais, exercice périlleux. Par définition, personne ne peut dire de quoi l’avenir sera fait. Et nous pas plus que les autres ! Notre mission, comme d’habitude, c’est avant tout de vous proposer plusieurs scénarios. À vous ensuite de choisir celui qui vous ressemble. Et dans tous les cas… prenez soin de vous !
Souvenez-vous cependant : investir, c'est parfois savoir faire des scénarios sur l'avenir. Mais c'est aussi savoir qu'on peut se tromper, et construire un patrimoine résilient dans le plus gros éventail de scénarios envisageables.

1

2
3

Uppercut de fin de soirée

ou l'info pour se la donner

Investissez dans votre ADN

Comment investir quand on est (presque) sans le sou ? Aux Etats-Unis, la start-up LunaDNA vous permet de soutenir des business en apportant non pas du capital, ni même du temps… mais votre ADN. L’idée ? En 20 ans, le coût du séquençage du génome a tellement diminué (il est passé de 100 millions de dollars en 2001 à 300 dollars aujourd’hui) que de plus en plus de monde y a recours. En même temps, les labos de recherche auraient bien besoin de ces données (même anonymisées) pour avancer dans leurs travaux. LunaDNA propose donc aux particuliers de mettre leur génome à disposition des labos… en échange d’une prise d’une participation dans les éventuelles exploitations commerciales qui en découleront. Comme quoi : devenir un business angel, c’est clairement dans votre ADN :)

Crédits images : Lobster studio (illustrations 1, 2 et 5), H Om (illustration 3), Gustavo Pedrosa (illustration 5)