Spoune

Spoune, c'est 2 emails par mois 📩
pour devenir money-smart 💡
Abonnez vous !
Bienvenue à bord ! à très vite dans votre boîte aux lettres.
Oops! Something went wrong while submitting the form.
Recevoir Spoune

Perd-on sa vie à la gagner ?

🥄Temps de lecture : 
5
 min.

Félicitations ! Depuis le début du confinement, vous avez (vous, et quelques millions de Français) épargné comme jamais. En 2 mois et demi vous avez mis de côté près de 60 milliards d’euros, c’est-à-dire 4 à 5 fois plus que d’habitude sur la même période 🎉



60 milliards ? Qu’on s’appelle Larmina ou pas, ça commence à faire beaucoup, beaucoup d’argent. Et deux questions se posent à ce stade :

1 - Mais que faire de tout cet argent ? Ça, on vous a déjà donné des pistes ici ou .
2 - Mais pourquoi dépense-t-on autant le reste du temps ? Et ça, ça mérite effectivement de petits éclaircissements.

Aujourd’hui, on vous parle d’un mouvement qui rêve d’une chose : arrêter de dépenser de l’argent inutilement… pour ne plus perdre sa vie à la gagner. Doux délire ? ou hack super smart ? On fait le point.

🔥 Le mouvement FIRE 🔥

Le point de départ : pourquoi on dépense de plus en plus ?

Triste constat : gagner sa vie, ça coûte un bras. Il y a les transports, les restos, les sorties, et surtout, les vacances indispensables pour évacuer le stress accumulé au boulot. Bref, au final, votre budget ressemble à un cercle vicieux dans lequel vous dépensez énormément d’argent pour continuer à en gagner...

Un serpent 🐍 qui se mord la queue ? Pas pour les adeptes du mouvement FIRE, né dans les années 2010 ce mouvement a rapidement conquis grâce à une promesse forte : “Financial Independence, Retire Early”. Ou : “Indépendance financière, retraite précoce”, en français.

Pour ces adeptes, nos modes de vie sont victimes de l’adaptation hédonique : à chaque fois qu’on améliore notre niveau de vie, notre bonheur augmente lui aussi… mais seulement de manière ponctuelle. Très rapidement, le bonheur revient à son niveau initial (la preuve : même chez les gagnants du loto, ça ne dure que 18 mois...).

Et si on n’a pas gagné le gros lot ? On se retrouve pris dans une sorte de spirale dépensière : nos charges augmentent continuellement (d’abord l’appart’, puis la voiture, puis les enfants...) alors que notre niveau de bonheur, lui, reste stable.

Le pire ? C’est qu’une fois acquis un certain niveau de confort matériel, il est très difficile de faire marche arrière. Vous vous voyez retourner dans votre chambre d’étudiant de 9m2 ? Juste impensable. Et pourtant, à l’époque c'était votre petit nid super comfy.

C’est le feu : le hack FIRE

Le meilleur moyen d’éviter cette spirale dépensière ? Ne jamais y entrer, en limitant au maximum ses dépenses matérielles courantes. L’objectif des FIRE consiste donc à adopter un style de vie hyper minimaliste et à épargner le plus possible pour avancer au maximum l’âge du départ à la retraite. Le pied ? 👣

ZOOM

Avouons-le : le calcul de base de FIRE est plutôt séduisant (si vous économisez dès 25 ans et parvenez à placer vos économies à 4% par an de rendement) :

En épargnant 50 % de votre salaire (oui, il faut aimer les pâtes bolo🍝) chaque année de travail compte double, et vous pouvez arrêter de bosser à 50 ans.

En épargnant 75 % (là, il va peut-être falloir se passer de la bolo…) chaque année de travail compte triple, et vous pouvez arrêter de bosser à 33 ans.

Beaucoup de pâtes? En tout cas, pour les adeptes du FIRE, ces années de liberté en pleine santé valent largement quelques sacrifices matériels...

FIRE, un feu de paille ?

Bon, sur le papier, c’est très joli. Mais faut-il appliquer la technique FIRE au pied de la lettre ? Pas forcément. D’abord, parce que pour épargner 70 % de vos rentrées mensuelles, il faut quand même vraiment beaucoup aimer les pâtes. Alors si comme nous vous préférez une alimentation variée, voici ce qu’on retire de la réflexion FIRE.

► Sans pour autant aller vivre dans les bois, ça fait toujours du bien de se rappeler que les conforts matériels sont avant tout ... des conforts matériels (et rien d’autre).

► Entre l'envie et l'achat, il n’y a souvent qu’un pas. Ça peut faire du bien de se dire qu’il y en a plutôt 2 ou 3… et de résister un temps à nos pulsions shopping. Comme disait Sénèque :

"Le pauvre n'est pas celui qui a peu, mais celui qui en veut toujours plus."


► Economiser sur son caddy, c’est certes un des moyens d'améliorer son niveau d'épargne. Mais augmenter son salaire, c’est aussi très (voire même : beaucoup plus) efficace.

La situation actuelle : là où les taux bas blessent...

Concrètement, est-ce que la méthode FIRE marche ? À en croire la figure de proue du mouvement : assurément. Mais peut-on faire confiance à un blog qui se dénomme Monsieur Money Moustache ? Chez Spoune, on a quand même voulu remouliner les chiffres – histoire d’être sûr.

ZOOM

Prenons par exemple Alain. Fin des années 80, Alain tente le coup : il épargne un max en surfant sur un taux d'intérêt à 10 ans de 9,9 %. Alain fait ses calculs, il se dit qu'il n'a pas besoin de gagner de l'argent en masse - et que 25 000 euros par an (150 000 francs, à l’époque) suffisent largement.

Au début, ça marche 🚀 son patrimoine lui rapporte tranquillement ses 25 k€ annuels. Trente ans plus tard ? C’est une autre histoire. Les taux d'intérêt sont négatifs. Son assurance-vie est tombée à 1.5% par an. Ses revenus ont fondu comme neige au soleil. Et s’il doit retrouver un boulot à 63 ans après 30 ans d’inactivité, Alain risque d’un peu galérer...

Ce qui est un peu triste avec le mouvement FIRE ? C’est qu'il suppose que la vie professionnelle ne serait qu’une vallée de larmes dont il faut s’échapper au plus vite… quitte à se priver de tout (sauf de pâtes).

Chez Spoune, on préfère explorer d’autres pistes. Alors voilà nos conseils pour arriver à la Financial Independence - et, si le coeur vous en dit, Retire Early.

1

On en parlait récemment : pour booster votre épargne, pensez aux intérêts composés.

2

Dans FIRE, on pense d’abord “Retire Early”. Mais c’est en fait moins important que “Financial Independence”. Et pour l’atteindre, il faut commencer à économiser – et donc investir – aussitôt que possible (en gros, dès le premier CDI). Dans votre résidence principale, par exemple?

3

Finalement, c’est quoi, la vraie indépendance ? Pas forcément arrêter de travailler. C’est plutôt dire bye bye à ce patron pervers narcissique, choisir votre prochain job, et pourquoi pas de prendre 6 mois off entre les deux.

Uppercut de fin de soirée

ou l'info pour se la donner

Mieux que la retraite à 35 ans ? La semaine de 4h. Ce n’est pas un programme électoral, mais le titre du mythique livre de développement personnel de Tim Ferriss, dans lequel il explique pourquoi on préfère l’incertitude au malheur, pourquoi on perd systématiquement du temps sur l’inutile et … pourquoi il vaut mieux prendre des mini-retraites régulières quand on est jeune et en bonne santé plutôt que d’attendre the big one.

Stay tuned, on en reparle un de ces quatre 🌴

Crédits images : Amélie Falière (illustration 1), Giacomo Bagnara (illustration 2), Marco Goran Romano (illustration 3), Sebastian Curi (illustration 4)