Spoune

Spoune, c'est 2 emails par mois đŸ“©
pour devenir money-smart 💡
‍Abonnez vous !
Bienvenue Ă  bord ! Ă  trĂšs vite dans votre boĂźte aux lettres.
Oops! Something went wrong while submitting the form.
Recevoir Spoune

Et si vos enfants devenaient aussi money-smart

đŸ„„Temps de lecture : 
5
 min.

Si vous ĂȘtes jeune parent, vous avez dĂ» vous en rendre compte. Et si vous ne l’ĂȘtes pas encore, on prĂ©fĂšre vous prĂ©venir : la vie de parent est un long chemin parsemĂ© de cruels dilemmes. Donner la tĂ©tine - ou pas ? Donner de l’argent de poche - ou pas ? DĂ©shĂ©riter ses enfants - ou pas ? 

Si beaucoup cravachent toute leur vie en espĂ©rant laisser Ă  leur progĂ©niture un avenir meilleur, chez les milliardaires, c’est plutĂŽt le contraire : aprĂšs Warren Buffet en 1986 ou plus rĂ©cemment Pierre-Edouard StĂ©rin, ils sont de plus en plus nombreux Ă  choisir l’option “dĂ©shĂ©ritage”. ManiĂšre assez radicale de transmettre “la valeur de l’argent” (Ă  dĂ©faut de
 l’argent). 

Et vous, c’est quoi votre stratĂ©gie ? Comment parler d’argent Ă  ses enfants ? Doit-on rĂ©munĂ©rer les tĂąches mĂ©nagĂšres ? Et les bonnes notes ? Comment donner aux enfants le sens de l’argent sans les transformer en des monstres ultra-libĂ©raux pour qui tout se monnaie ?

Parce que la valeur (monĂ©taire) n’attend pas le nombre des annĂ©es et que de areuh Ă  argent il n’y a qu’un pas, aujourd’hui, on vous explique comment rendre vos enfants money smart. Comment ? En rĂ©pondant aux questions qu’ils vous poseront Ă  tous les Ăąges de leur vie.

(Spoiler : les pauvres, ils n’auront mĂȘme pas besoin de lire Spoune quand ils seront grands...)‍

Mais au fait, a-t-on vraiment besoin de parler d’argent aux enfants ?  🧐

OUI. Ne serait-ce que pour faire de ses enfants des adultes responsables, futĂ©s Ă©conomiquement et gĂ©nĂ©reux. Mais aussi (voire surtout) pour les protĂ©ger du redoutable prĂ©dateur moderne qu’est la publicitĂ©, particuliĂšrement efficace auprĂšs des enfants. Et parler d’argent, c’est donc aussi leur apprendre Ă  distinguer entre le besoin et l’envie


Mais venons-en à ces fameuses questions.‍

5 ans - “Maman, je veux ça” đŸ‘¶đŸŒ

Pas besoin d’attendre l’ñge de raison pour que votre bambin commence Ă  s’intĂ©resser Ă  l’argent. TrĂšs vite, il va vouloir plein de choses (“Maman, je veux ce jouet”) sans rĂ©aliser leur valeur monĂ©taire. Juste aprĂšs ? Il voudra lui aussi pouvoir Ă©changer ces billets colorĂ©s dans les magasins (‘Papa, je peux avoir de l’argent ?”) sans comprendre que l’argent est la contrepartie d’un travail. 

Tips pour futur Spouner

Quelques techniques utiles pour faire passer des messages mine de rien :

  • Parler Ă  voix haute quand on fait ses courses avec lui
  • Payer en espĂšces pour rendre plus concrĂštes les transactions
  • Au quotidien, associer chaque mĂ©tier avec ce qu’il est payĂ© pour faire : le coiffeur coupe les cheveux, le mĂ©decin soigne les maladies...

7 ans - “Papa, nous, on est riche ou on est pauvre ?" đŸ‘§đŸ»

Trùs tît, les enfants se rendent compte que certaines familles possùdent plus que d’autres. La premiùre chose à faire ?

Lui demander pourquoi il pose la question. 

Il a peur d’ĂȘtre dans la “mauvaise catĂ©gorie” ? Expliquez-lui qu’ĂȘtre pauvre, c’est ne pas pouvoir manger, se loger ou s’habiller. Si on a de quoi se payer tout ça; alors on n’est pas pauvre.

Il a entendu des adultes exprimer des inquiétudes financiÚres ?  Expliquez-lui que les adultes se font parfois du souci, mais que leur famille et leurs amis seront toujours là pour les aider. 

Des enfants autour de lui sont confrontĂ©s Ă  des questions de pension alimentaire, de faillite ou de surendettement ? Dites-lui que l’argent est un outil et non une finalitĂ© - mĂȘme pour vous, ça ne fait jamais de mal de le rappeler. 

Tips pour futur Spouner

Vous avez envie de sensibiliser votre enfant aux inégalités de la société pour faire de lui un adulte généreux et empathique ? Bonne idée. Mais ne vous loupez pas : 

😊 Vraie bonne idĂ©e : l’inscrire Ă  la colo organisĂ©e par la mairie de la ville.

đŸ˜± Fausse bonne idĂ©e : l'emmener en vacances dans un pays pauvre.

10 ans : “Maman ton job il est nul, moi quand je serai grand je veux ĂȘtre influenceur” ✈

Autant vous y prĂ©parer tout de suite : un beau jour, la merveilleuse tĂȘte blonde que vous avez Ă©duquĂ©e au plus proche de la Nature et loin des considĂ©rations bassement matĂ©rielles dĂ©barquera dans votre cuisine vous annoncer qu’il veut devenir influenceur Ă  DubaĂŻ. ‍

D’aprĂšs Patrick Avrane, psychanalyste et auteur de Petite Psychanalyse de l’argent, c’est normal. L’adolescence est une pĂ©riode de construction propice Ă  toutes les remises en cause
 et aux changements incessants. La semaine suivante, le mĂȘme ado se dĂ©couvrira sans doute une vocation humanitaire
 
‍

‍

12 ans - “Mais papa j’fais c’que j’veux c’est ma thune”💾


Son argent, votre enfant l’aura obtenu de plein de maniùres :

  • argent de poche donnĂ© sans contrepartie
  • salaire d’une tĂąche mĂ©nagĂšre ou d’un service rendu
  • rĂ©compense d’un bon rĂ©sultat scolaire
  • enveloppe d’anniversaire ou de NoĂ«l
  • petit boulot
  • revente de ses affaires

L’argent de poche ? Au final, ça fait une “pocket” pas si petite que ça : en 2007, les transferts d'argent vers les enfants mineurs s’élevaient Ă  1,5 milliard d’euros en France. (Oui, milliard). 

💰💰💰
Le problùme de l’argent de poche ? C’est qu’il repose sur un malentendu

(comme le dit Gilles Lazuech, sociologue au CNRS) :

  • Pour les parents, c’est un outil d’éducation
  • Pour l’enfant, c’est un moyen d’émancipation, qui lui permet de rĂ©pondre Ă  deux choses :

1) un besoin identitaire, en s’achetant un jean plein de trous pour ĂȘtre la star du collĂšge,

2) un besoin d’indĂ©pendance, en refusant les consignes parentales pour inventer son propre style.

Et l’indĂ©pendance d’un enfant, pour un parent, ce n’est pas toujours facile Ă  accepter ! En mĂȘme temps, si l’objectif est de l’aider Ă  grandir, et qu’on apprend surtout de ses erreurs, une seule solution : il faut bien le laisser se planter
 

14 ans : “Maman j’ai eu 18 en maths, tu m’achĂštes le dernier iPhone ?â€đŸ“±

En ce qui concerne les contreparties, les opinions divergent. Certaines familles considĂšrent que rĂ©munĂ©rer un enfant pour dĂ©barrasser la table est une maniĂšre odieuse de faire entrer l’ultra-libĂ©ralisme dans la sphĂšre familiale. D’autres estiment au contraire que c’est une bonne façon de lui faire comprendre que « on n’a rien sans rien ». 

On vous laisse choisir votre camp ! Mais apparemment, ces stratĂ©gies sont marquĂ©es socialement : selon Gilles Lazuech, les familles d’ouvriers ont tendance Ă  rĂ©compenser les bonnes notes, tandis que les agriculteurs et artisans prĂ©fĂšrent rĂ©munĂ©rer les taillages de haies et tontes de pelouse. Enfin, les milieux sociaux Ă  fort capital culturel prĂ©fĂšrent le modĂšle altruiste, dans lequel l’enfant ne doit attendre aucune contrepartie. 

De toute façon, les ados trouvent de plus en plus tĂŽt d’autres sources de revenus, notamment avec la revente en ligne. Selon le baromĂštre 2020 de la nĂ©obanque pour ados Pixpay — une option pour les laisser gĂ©rer leur budget sans perdre votre tranquillitĂ© d'esprit, 58% des ados vendent leurs anciens vĂȘtements sur des sites comme Vinted pour arrondir leurs fins de mois ! Ce qui en fait leur premiĂšre source de revenu, loin devant les petits boulots (22%) ou les services payĂ©s (36 %). .

‍

16 ans : “Mais Maman ça craint de mettre son argent à la banque” 🏩

On ne sait pas si votre enfant a plus tĂŽt rĂ©ussi le test du marshmallow et dĂ©montrĂ© sa sensibilitĂ© Ă  la gratification diffĂ©rĂ©e. Si oui, il sera sans doute assez rapidement convaincu par le concept d’épargne - qui consiste en gros Ă  renoncer Ă  un kif prĂ©sent pour prĂ©fĂ©rer un bĂ©nĂ©fice plus important dans le futur. 

Pour certains enfants, mettre ses sous de cĂŽtĂ© vient trĂšs naturellement. Pour d’autres, il est nĂ©cessaire d’expliquer en dĂ©tail Ă  quoi sert l’épargne et de proposer des stratĂ©gies variĂ©es : tirelire, compte Ă©pargne, carnet de dĂ©penses


Ces petites Ă©conomies ont deux fonctions :

  • DĂ©velopper un sentiment de sĂ©curitĂ©
  • Mettre de cĂŽtĂ© pour s'acheter, plus tard, quelque chose que l'on ne peut pas s'offrir aujourd'hui

Mais il n’y a pas qu’épargner ou dĂ©penser : il y a aussi donner. Et comme disait Florent, “Savoir donner, donner sans reprendre", c’est important. Aux US, des pĂ©dagogues comme Ron Lieber dans The Opposite of Spoiled ou encore le duo pĂšre-fille Dave Ramsey et Rachel Cruze dans leur Smart Money Smart Kids (7 millions d’exemplaires vendus), donnent le mĂȘme conseil : apprendre Ă  son enfant Ă  donner, Ă  Ă©pargner et Ă  dĂ©penser sont d'Ă©gale importance.


Quelques conseils pour finir


À l’heure de Tiktok et d’Instagram, les enfants sont plus que jamais confrontĂ©s Ă  ce que les autres montrent d’eux : les vacances Ă  l’autre bout du monde de Lise ou le homard dans l’assiette de Charlie (Ă  qui il n’a jamais parlĂ©). Quand la vie des autres ressemble Ă  une publicitĂ© Emirates, rappelez-lui que les rĂ©seaux sociaux ne sont qu’une vitrine et que l’argent peut servir Ă  plein d’autres choses qu’à vivre Ă  DubaĂŻ. Et heureusement.

Crédits illustrations : Joanna Gniady (Illustrations 1, 3), Victoria Roussel (Illustrations 2, 4)

Uppercut de fin soirée


La pĂ©dagogie de l’argent doit-elle ĂȘtre Ă  la charge des familles, et des familles uniquement ? En rĂ©alitĂ©, cela fait bien longtemps que l’Éducation nationale s’intĂ©resse de prĂšs Ă  la question.

Le Mans, hiver 1862. François Dulac, instituteur dans l’école communale d'enseignement mutuel du Mans, met en place pour la premiĂšre fois une “caisse d’épargne scolaire”. Le principe ? Les Ă©lĂšves dĂ©posent leurs petites Ă©conomies dans une tirelire dans la classe et M. Dulac les dĂ©pose Ă  la Caisse d’Épargne locale sur des comptes individuels. Une initiative qui fait des Ă©mules puisqu’en 1907 plus de 10 000 Ă©coles ont mis en place leurs propres caisses d’épargne scolaires. C’est sĂ»r, l’idĂ©e d’un professeur banquier paraĂźt, en 2021, une idĂ©e assez saugrenue. Mais l’intention Ă©tait bonne, on vous le promet !