Spoune

Spoune, c'est 2 emails par mois đŸ“©
pour devenir money-smart 💡
‍Abonnez vous !
Bienvenue Ă  bord ! Ă  trĂšs vite dans votre boĂźte aux lettres.
Oops! Something went wrong while submitting the form.
Recevoir Spoune

Le vrai secret de la richesse ?

đŸ„„Temps de lecture : 
5
 min.

On en connaüt tous au moins un : ce pote banquier d’affaires ou consultant dont le salaire annuel frîle les 100K mais qui, au moment de louer une maison pour les vacances de votre groupe de potes, n’a soi-disant “pas une thune”...

Affreux Gripsou ? Ou... investisseur ultra ambitieux qui cache bien son jeu ?   

En rĂ©alitĂ©, si on parle “revenu disponible”, il est fort possible que votre pote blindĂ© soit en fait ultra-endetté  et qu’il n’ait effectivement pas une thune sur son compte en banque (c’est mĂȘme le cas d’Elon Musk — on y reviendra).   

Mais pourquoi donc vouloir à tout prix s’endetter ? 

À cause de ce mĂ©canisme qui laisse perplexe les nĂ©ophytes mais qui est le      B-A-BA des tous les cadors de la finance : l’effet de levier. Avec la Spoune du jour, on va donc essayer de rĂ©pondre Ă  cette question :

L’effet de levier est-il le secret de la richesse ? 

Réponse en bas de cette news.  

L'effet de levier 

Pas la peine d’y aller par 4 chemins : l’effet de levier, en finance, ça veut juste dire emprunter de l’argent.

Pourquoi cette expression ?

Au dĂ©part, l’effet de levier est ce truc dont on parle quand il s’agit de porter quelque chose de lourd—et qui serait mĂȘme le premier “mĂ©canisme” dĂ©couvert par l’humanitĂ© — bien longtemps avant la roue. Aujourd’hui encore, on l’utilise partout : ciseaux, brouette, batte de base-ball, clĂ©, plongeoir, casse-noix


Comment ça marche ? Les matheux résument ça comme ça : F1/F2 = L2/L1

Pour les autres ? Disons que plus vous appuyez loin du point d’appui, plus votre impact est multipliĂ©. C’est pour cela que c’est plus facile de tourner un volant en le tenant sur le cĂŽtĂ© qu’au centre.Bref : un bĂąton, un point d’appui... et hop ! On soulĂšve un rocher qui paraissait impossible Ă  bouger. L’effet de levier a mĂȘme inspirĂ© Ă  ArchimĂšde sa 2Ăšme citation la plus cĂ©lĂšbre (aprĂšs « EurĂȘka ») :  

« Donnez-moi un point d’appui et un levier, et j'Ă©branlerai la Terre »


Ébranler la terre, on ne sait pas. Mais s’acheter une maison et construire son patrimoine
 sans aucun doute. Parce que de la mĂȘme maniĂšre qu’en mĂ©canique, un levier permet de dĂ©cupler la force exercĂ©e, en finance, l’effet de levier permet de dĂ©cupler la richesse. 
‍

Et ça, votre pote blindĂ© et ultra-endettĂ© l’a bien compris. 


Pourquoi s'endetter rend riche 

En tant que particulier, quand on pense dette, on pense au choix carcan d’infĂąmie ou case prison du Monopoly. En rĂ©alitĂ©, le monde des endettĂ©s se divise en deux catĂ©gories : 

  • ceux qui n’arrivent pas Ă  rembourser — et qui sont en faillite 😭
  • ceux qui remboursent, s’enrichissent, et se rĂ©-endettent 💰

‍
Bref, il n’y a pas que les pauvres qui s’endettent : les riches aussi adorent ça.

Pourquoi ? Parce que ça rapporte. On vous explique : 

Imaginez que vous avez 100€ pour acheter une maison. 

  • Option A : vous achetez une maison Ă  100€, en payant cash. 
  • Option B : vous achetez une maison Ă  500€, en empruntant 400€.

Un an aprÚs, le marché immobilier a pris 10 %. La valeur de votre patrimoine ? 

  • Option A : 100 + (100*10/100) = 110€
  • Option B : 500 + (500*10/100) - 400 = 150€.  

MĂȘme en enlevant les intĂ©rĂȘts de votre prĂȘt (disons 2 % sur les 400€, soit 8€), le scĂ©nario B reste largement gagnant. 

Tout l’intĂ©rĂȘt de l’effet de levier, il est lĂ  : vous gĂ©nĂ©rez des profits grĂące Ă  de l’argent que vous ne possĂ©dez pas.

💾💾💾

Et c’est ce qui fait que l’effet de levier est un mĂ©canisme fondamental de notre Ă©conomie. Tout le monde l’utilise, tout le temps : 

  • Les banques : avec seulement 8 % d’actifs en fonds propres (depuis la rĂ©glementation BĂąle II), elles utilisent l’effet de levier pour prĂȘter de l’argent qu’elles n’ont pas (et rĂ©cupĂ©rer des intĂ©rĂȘts au passage).
  • Les entreprises : elles recourent systĂ©matiquement Ă  l’endettement pour pouvoir augmenter leur rendement — comme l’explique parfaitement cette vidĂ©o aussi courte que gĂ©niale.
  • Les investisseurs : avec des mĂ©canismes comme le LBO (leverage buy out), ils s’endettent pour racheter une entreprise qu’ils revendent 3 ans aprĂšs avec une grosse plus-value (idĂ©alement). 

Chez certains milliardaires, le recherche de l’effet de levier tourne Ă  l’obsession : en hypothĂ©quant une collection d’art, par exemple. Mais l’exemple le plus extrĂȘme, c’est sans doute Elon Musk : il a prĂ©fĂ©rĂ© vendre ses 4 maisons du quartier de Bel Air Ă  LA pour investir le montant de la vente (62 millions de dollars, tout de mĂȘme). Et tant pis si en attendant il doit payer un loyer
 

Pourquoi est-ce qu’Elon fait ça ? Parce qu’il est convaincu d’une chose : que le rendement de ses investissements sera plus Ă©levĂ© que le coĂ»t de son loyer. 


Pardon Spoune mais il faut que je file, j'ai rdv avec mon banquier...

Attendez deux secondes avant d’aller hypothĂ©quer votre collection de DVD. L’effet de levier n’est pas juste magique — il peut aussi ĂȘtre risquĂ©. 

Revenons Ă  votre pote blindĂ©/ultra-endettĂ©. Son parcours d’endettement a sans doute ressemblĂ© Ă  ça : 

‍

‍

‍

On constate deux choses : 

1. Il consacre l’intĂ©gralitĂ© de ses revenus supplĂ©mentaires Ă  accroĂźtre sa capacitĂ© d’endettement. Premier job, augmentation, changement de poste : il utilise chaque augmentation pour contracter de nouveaux prĂȘts. 

2. Il a gardĂ© le mĂȘme train de vie depuis qu’il est Ă©tudiant — et pas Ă©tonnant qu’il n’ait pas une thune... 

Alors ?
Est-ce qu’il a bien fait de se “leverager à mort” ? 

D’abord, votre pote a fait un choix assez extrĂȘme : il sacrifie trĂšs clairement son confort de vie prĂ©sent en vue d’un bĂ©nĂ©fice accru dans le futur. Les comportementalistes appellent ça avoir une grande sensibilitĂ© Ă  la gratification diffĂ©rĂ©e (ou juste avoir Ă©tĂ© traumatisĂ© par le fameux test du marshmallow). 

‍
Toujours un peu extrĂȘme, quand l’ami Elon a touchĂ© 180 millions de dollars en vendant Paypal, il a tout investi SpaceX, Tesla, et Solar City. À tel point qu’il a dĂ» taper ses amis pour pouvoir payer son loyer. Cela vous rappelle un peu votre pote ? 

Ensuite ? Au-delĂ  du fait qu’il doit trĂšs trĂšs souvent manger des pĂątes, son calcul est quand mĂȘme risquĂ©. Car pour que l’effet de levier soit efficace, il faut rĂ©unir au moins deux conditions : 

1. Trouver des opĂ©rations dont le rendement est supĂ©rieur au taux d’intĂ©rĂȘt. Autant investir dans sa rĂ©sidence principale, il n’y a aucun doute (on vous a dĂ©jĂ  tout expliquĂ© lĂ ), autant l’investissement locatif ou la rĂ©sidence secondaire
 Mieux vaut y regarder Ă  deux fois.

2. Ne pas appuyer trop fort sur le levier
 car il peut casser.

Revenons au schĂ©ma de tout Ă  l’heure. La consĂ©quence de l’équation (mais si, vous vous rappelez, F1/F2 = L2/L1), c’est que plus on rapproche le point d’appui de la charge, plus la force dĂ©ployĂ©e est importante. 

Sauf qu’il y a une donnĂ©e dont on avait pas encore parlĂ© : la rĂ©sistance du levier. Et plus on force dessus, plus il risque de se casser
 S’il amplifie les gains, le levier amplifie aussi les pertes et dans notre exemple ci-dessus, si a un aprĂšs le marchĂ© immobilier a perdu 10 %, la valeur de votre patrimoine aura fondu :

  • Option A : 100 - (100*10/100) = 90€
  • Option B : 500 - (500*10/100) - 400 = 50€.

Ce que ça donne en termes financier ? Plus on pousse sur l’effet de levier, plus la pression des dettes est importante
 et plus on augmente le risque de faillite. En l’occurrence, si votre pote (on ne lui souhaite pas, Ă©videmment) est virĂ©, il aura du mal Ă  tout rembourser. Et s’il s’est engagĂ© sur des opĂ©rations de long terme, comme l’investissement locatif, il va mĂȘme perdre de l’argent. 

Ou quand l’effet de levier devient l’effet de l’évier...

OK Spoune, donc je fais quoi moi ?

‍

La leçon principale de l’effet de levier ? C’est qu’un salaire en CDI n’est pas juste de l’argent de poche — c’est aussi une capacitĂ© d’emprunt. Alors bien sĂ»r, c’est Ă  vous de voir quelle part de votre salaire vous souhaitez consacrer Ă  vous endetter — et ça n’a certainement pas besoin d’ĂȘtre 100 %, d’ailleurs votre banque vous l’interdira. Mais l’effet de levier est surtout un moyen hyper efficace de se lancer dans des projets ambitieux. 

Bref. Pour rĂ©sumer, l’effet de levier a des avantages : 

  • Augmentation des rendements : judicieusement utilisĂ©, il accroĂźt la gĂ©nĂ©ration de valeur d’une somme donnĂ©e. 
  • Augmentation des ambitions : l’effet de levier permet de voir plus grand.
  • AmĂ©lioration de la discipline : on appelle ça le “leverage bonus” ou le precommitment. Si vous avez contractĂ© plusieurs prĂȘts, vous risquez moins d’aller flamber tout l’étĂ© Ă  Saint-Tropez. Un des avantages de l’effet de levier, c’est que les engagements pris pour le futur nous obligent Ă  ĂȘtre meilleurs dans le prĂ©sent. 

Et, revers de la médaille, des inconvénients :

  • Engagement de long terme : l’effet de levier vous contraint Ă  maintenir un certain niveau de revenus Ă  long terme. Si vous comptiez vous reconvertir en berger dans le Larzac, il faudra attendre d’avoir remboursĂ© votre prĂȘt.
  • Sacrifier le prĂ©sent : c’est l’idĂ©e du “plus riche du cimetiĂšre”. En forçant sur l’effet de levier, vous serez peut-ĂȘtre riche plus tard, mais vous allez manger beaucoup de pĂątes. 

Bref, l’effet de levier, c’est comme tout : il faut savoir bien le doser.

Uppercut de fin soirée

Et si l’effet de levier s’appliquait aussi dans la vie de tous les jours ?

C’est la thĂšse du gĂ©nial Mihir Desai dans The Wisdom of Finance. Son exemple, c’est Jeff Koons : cet artiste contemporain dont le “crĂ©neau” consiste Ă  crĂ©er des statues colossales dans des matĂ©riaux toujours diffĂ©rents. Avec un tel parti-pris, chaque nouvelle Ɠuvre est forcĂ©ment un Ă©norme dĂ©fi. Pour Mihir Desai, en s’engageant dans ce “crĂ©neau”, Jeff Koons s’est “auto-leveragĂ©â€ : il est contraint par la promesse qu’il a faite Ă  son public, et il doit s’y tenir. Mais comme il ne va pas non plus se mettre Ă  travailler, il trouve une autre sorte de levier en faisant rĂ©aliser ses oeuvres par une armĂ©e d’assistants 
 eux-mĂȘmes remplacĂ©s par des robots. 

Crédits images : Lucas Wakamatsu (Illustration header), Clémence Barbier (Illustrations 2,3,4)