Spoune

Spoune, c'est 2 emails par mois đŸ“©
pour devenir money-smart 💡
‍Abonnez vous !
Bienvenue Ă  bord ! Ă  trĂšs vite dans votre boĂźte aux lettres.
Oops! Something went wrong while submitting the form.
Recevoir Spoune

Comment larguer votre boss ? Ep2

đŸ„„Temps de lecture : 
5
 min.

Vous avanciez allĂšgrement sur la route de l’épanouissement professionnel et financier quand deux obstacles majeurs se sont mis en travers de votre chemin:

  1. votre boss (qui bride vos compétences)
  2. votre job (qui vous rend financiÚrement dépendant)...

Heureusement, vous avez lu l'épisode 1 de cette série. Depuis ?
GrĂące Ă  nos conseils Ă©clairĂ©s, vos points avec votre boss se sont transformĂ©s en de simples “pour info” et vous lui avez clairement montrĂ© de quel bois vous vous chauffez đŸ”„

Alors, ça y est ? Vous pensez ĂȘtre fin prĂȘt pour le niveau supĂ©rieur ? C'est parti !

Welcome to the next level of money making.

‍

L'art de gagner de l'argent

On en parlait dans la Spoune prĂ©cĂ©dente : “gagner de l’argent, c’est comme le piano : une aptitude qu’il faut travailler pour progresser”. đŸŽč

Celui qui le dit, c’est Nathan Barry, le blogger amĂ©ricain qui a dĂ©fini la thĂ©orie des â€œĂ©chelles de la richesse”. Ces Ă©chelles, les voilĂ  :

‍

Echelle 2 - l'agence

Vous montez votre agence et recrutez une équipe qui vous permet de multiplier votre capacité de travail.

Echelle 3 - la "productisation"

Ça consiste Ă  sortir de la facturation Ă  l’heure pour passer au forfait - et considĂ©rer les prestations de services comme des produits. Le but ? Augmenter la marge par projet.

Echelle 4 - le produit

Le produit, c’est clairement l’eldorado 🌮 du money making. Certes, avant de crĂ©er un produit, il faut Ă  la fois la bonne idĂ©e et un effort initial important. Mais une fois que c’est fait, les nouvelles ventes ne demandent aucun effort supplĂ©mentaire => et vous ĂȘtes sur l’autoroute du painless scale, aka la croissance sans douleur 🚀

L’énorme diffĂ©rence entre la 4e Ă©chelle et les autres ? Dans les Ă©chelles 2 et 3, vos revenus dĂ©pendent toujours de votre temps de travail Ă  un instant T - mĂȘme si celui-ci est multipliĂ© par le nombre de vos salariĂ©s. En revanche, dans l’échelle 4, vos revenus ne dĂ©pendent plus de votre travail prĂ©sent
 mais de votre travail passĂ©. Vous capitalisez sur un effort dĂ©jĂ  fait pour continuer Ă  produire de la richesse.

Quand le passé bosse à votre place

On pourrait résumer ça en opposant la logique de burger à celle de l'écluse :

‍

La logique du burger, c’est l’empilement (Ă  Ă©viter). Les diffĂ©rents projets se superposent Ă  un instant T.

La logique de l’écluse, c’est le cloisonnement (Ă  prĂ©fĂ©rer). Vous ne bossez que sur un seul projet Ă  l’instant T, tout en capitalisant sur les efforts passĂ©s.

Comment on fait pour crĂ©er un produit ? Avant tout, il faut une bonne (voire trĂšs bonne) idĂ©e : ça peut ĂȘtre un livre, une technologie rĂ©volutionnaire ou pourquoi pas un jeu de sociĂ©tĂ© 🎰 (Ă©vitez juste le bikini solaire 🧯 - quelqu’un a dĂ©jĂ  essayĂ©).

Mais dans tous les cas, il va y avoir beaucoup, beaucoup de boulot. Et donc beaucoup de temps Ă  y consacrer, avant de pouvoir dĂ©gager un peu de ce fameux temps libre. Finalement, on en revient toujours Ă  cette question : faut-il prĂ©fĂ©rer le temps ou l’argent ?

Le temps ou l'argent ?

Ça consiste Ă  sortir de la facturation Ă  l’heure pour passer au forfait - et considĂ©rer les prestations de services comme des produits. Le but ? Augmenter la marge par projet.

Le test du gobelet consignĂ© đŸ„€

Vous ĂȘtes dans un festival. Vos verres sont consignĂ©s 1 euro par verre. Par contre, il y a la queue au stand consigne. Combien de temps seriez-vous prĂȘt Ă  attendre pour rĂ©cupĂ©rer la consigne ?

MĂȘme si vous ĂȘtes du genre hyper zen et patient, lĂ  encore, il y a plein de critĂšres qui rentrent en compte : conscience environnementale, dĂ©lai avant le concert suivant


Bref, le temps et l’argent ne sont jamais les seuls critĂšres. Heureusement, on trouve aussi du plaisir Ă  faire les choses, indĂ©pendamment de toute rationalitĂ© Ă©conomique. Par exemple : pĂȘcher un poisson plutĂŽt que de l'acheter, cuisiner une ratatouille plutĂŽt que de s'en faire livrer une, construire une cabane plutĂŽt que de l'acheter en kit.

Parce que finalement, Ă  toujours ĂȘtre obsĂ©dĂ©s par la quĂȘte du moins cher et du plus rapide et l’optimisation Ă  tout prix, on risque vite de se pourrir la vie. Et quand vous pensiez larguer votre boss, ce n’était pas exactement ça l’objectif... si ? 😊

‍

Crédits images : Matt Chinworth (illustration 1), Sébastien Thilbault (illustration 2)

Notre conseil final

Quelque soit votre choix, entre monter votre boĂźte ou rester salariĂ©, rappelez-vous pourquoi vous le faites, et surtout, n’oubliez pas le comment. À trop penser Ă  l’objectif final, vous risquez de vous mettre trop de pression. En l’oubliant, vous risquez un jour de vous rĂ©veiller avec un beau mal de crĂąne. À vous de trouver le bon Ă©quilibre !

Uppercut de fin soirée

Finalement, la ressource la plus rare, ça reste le temps. Un bon moyen de s’en convaincre, c’est notamment d’aller tester le gĂ©nial petit simulateur en ligne Where Does The Day Go - qui montre bien comment nos journĂ©es se font grignoter petit Ă  petit par ces petites tĂąches qu’on sous-estime. Et pourtant : selon une Ă©tude menĂ©e sur 4600 personnes par l’UniversitĂ© de Colombie Britannique, il y a autant d’individus qui prĂ©fĂšrent le temps Ă  l’argent que l’inverse. Mais les plus heureux, ce sont bien les premiers :) Et vous, vous ĂȘtes dans quelle catĂ©gorie ?