Spoune

Spoune, c'est 2 emails par mois 📩
pour devenir money-smart 💡
Abonnez vous !
Bienvenue à bord ! à très vite dans votre boîte aux lettres.
Oops! Something went wrong while submitting the form.
Recevoir Spoune

Que faire si je perds mon boulot ?

Vous ne croyez plus au père Noël, vous n’êtes pas convaincu que la chloroquine soigne le Covid et vous ne savez pas quand Mercure rétrograde. Bref, vous êtes un être rationnel. Sauf que… Par moments, en passant devant un SDF dans la rue, vous êtes pris d’un frisson. Et si ça m’arrivait ?

Ce frisson, c’est la peur de tout perdre après une dépression, une faillite ou un licenciement. Irrationnelle, cette peur peut avoir des conséquences bien réelles sur nos vies. Par exemple en nous obligeant à rester bosser pour ce patron qui nous humilie en réunion alors qu’on rêve d’une sortie façon “au revoir président”.

Le problème, c’est que la peur est très mauvaise conseillère. Alors que Spoune…

Ne faites pas semblant. On est sûrs que vous avez déjà eu peur, en vous baignant, d’être attaqué par un requin. Ce qui est statistiquement absurde : en moyenne, dans le monde, il n’y a que 4 personnes par an qui meurent des suites d’une attaque de requin. Mais notre aversion au risque nous conduit systématiquement à surestimer la probabilité d’un événement défavorable…

Alors, quelles sont vraiment les chances que vous perdiez tout et que vous deveniez sans le sou ?

Avant ça, une définition s’impose…  

Ça veut dire quoi, “être pauvre” ?

Être pauvre, c'est vivre sous le seuil de pauvreté. C'est-à-dire quand vos revenus sont inférieurs à 60% du revenu médian des Français. Pour vous épargner les calculs, en 2021, voici ce que ça donne :

  • 1 063€ pour une personne seule
  • 2 232€ pour une famille de quatre

Le visage de la pauvreté en France

Si pour vous, le cliché de la personne démunie est un clochard blanc de plus de 50 ans avec un chien dans la rue… c’est perdu. Si on doit donner un visage à la pauvreté en France, ce serait plutôt à une femme seule avec ses enfants. Parmi les autres grands perdants du système ? Les enfants et les étudiants. Et si vous fantasmez sur la carte “famille nombreuse”, sachez que le taux de pauvreté passe de 9% à 23% entre les familles de deux enfants et celles qui en ont trois.

Au total ? 9 millions de français vivent sous le seuil de pauvreté.

Un chiffre d’autant plus badant qu’il faut en moyenne six générations pour sortir de la pauvreté. En revanche, il est nettement plus rare de faire le chemin inverse : un pauvre a malgré tout plus de chance de devenir riche qu’un riche de devenir pauvre. Vous êtes cadre ou diplômé d’au moins un Bac +2 ? Les chiffres sont formels, votre risque d’entrer dans la pauvreté n’est que de 1%, selon l’INSEE (contre 9% pour un agriculteur).

Maintenant que l’on sait de quoi on parle, l’heure est venue d’affronter une par une vos peurs.

Peur #1 — Je perds mon travail 💼

Ou sa variante : Je fais faillite

  • Vous êtes salarié : bingo, vous touchez le chômage pendant 2 ans. Pour simuler le montant de votre indemnité, c’est par ici. Pour un licenciement économique, demandez à votre (ancien) employeur un contrat de sécurisation professionnelle. Dans ce cas, si vous retrouvez du travail dans les dix mois, vous toucherez 50% du montant de vos allocations restantes grâce à la prime de reclassement.
  • Vous êtes chef d’entreprise : si vous avez une SAS ou une SARL, votre patrimoine n’est pas confondu avec celui de l’entreprise. Ouf, vos biens personnels ne pourront pas être saisis pour rembourser les dettes de votre entreprise. C’est déjà ça. Enfin, à condition que vous ne vous portiez pas caution personnelle. Et ça, vous ne devriez jamais le faire.


Tips Spoune #janticipe

  • Pôle emploi, version privé, ça existe. Si vous êtes chef d’entreprise, indépendant ou profession libérale, la GSC propose plusieurs formules pour toucher 55% ou 70% de votre salaire pendant 12, 18 ou 24 mois pour un taux de cotisation de 3% à 4%.
  • Évitez l’Entreprise Individuelle. Pratique car elle évite les contraintes comptables et juridiques d’une société, elle est aussi plus risquée. Choisissez plutôt un statut qui sépare votre patrimoine de celui de l'entreprise, comme une EURL ou une SAS.

Peur #2 — Je n'ai plus de toit sur la tête 🏡

  • Si vous n’arrivez plus à rembourser votre emprunt, vous pouvez toujours renégocier le prêt. Si besoin, le marché de l’immobilier est en votre faveur en cas de revente. Mais il sera toujours préférable de vendre à votre initiative si vous sentez les difficultés arriver que de faire défaut et de voir votre bien saisi.
  • Si vous avez des difficultés à payer votre loyer, arrangez-vous avec votre propriétaire, il aura tout intérêt à ce que vous trouviez une solution ensemble. On doute qu’on en arrive jusque là mais pour info, la trêve hivernale se termine le 31 mars.


Tips Spoune #janticipe

Pour ne pas se retrouver dans la situation où vos dépenses dépassent vos revenus, méfiez-vous des bonus exceptionnels qu’on crame en se louant un énorme appart’... Car si vous augmentez votre niveau de vie, il vous sera très difficile de revenir en arrière. Et le pire, c’est que ce penthouse avec verrière ne vous rendra même pas deux fois plus heureux (ça s’appelle l’adaptation hédonique).


Peur #3 — Je tombe malade 🤒

Vive la France ! Votre salaire est garanti en partie par l’Assurance maladie. Elle paie 50% de votre salaire, avec un plafond fixé à 46€ par jour. Pour les salariés, l’entreprise complète pendant 30 jours pour que vous touchiez au moins 90% de votre salaire. Et on n'est pas à l’abri d’une bonne surprise : la plupart des conventions collectives prévoient des conditions bien plus généreuses. De quoi reprendre des forces tranquillement.

Quid des congés maternité ?
Même calcul ! Pour la Sécu, l’attente d’un enfant est une maladie comme une autre.

L’Assurance Maladie, c’est pour tout le monde ?

88% des Français sont couverts par le régime général de la Sécurité Sociale. Dont les indépendants et les professions libérales qui ont rejoint le mouvement depuis 2018.

Les 12 % restants ? Au cas où vous en fassiez partie, on vous fait un récap’ :

  • Régimes spéciaux, militaires ou agriculteurs : ils ont leurs propres caisses.
  • Chômeurs en fin de droits, jeunes inactifs et personnes n’étant pas ayant droit d’un tiers : ils peuvent compter sur la PUMa (anciennement Couverture Maladie Universelle) et le CMU-C, mutuelle pour ceux qui n’ont pas les moyens d’en avoir une. Malgré ça, environ 30 % des bénéficiaires potentiels n’y ont pas recours, soit près de 2 millions de personnes. (Comme quoi, l’information ça sauve des vies, et ça permet aussi d’aller chez le dentiste.)

Tips Spoune #janticipe

  • Chef d’entreprise ? Devenez un salarié comme un autre ! Les dirigeants d’entreprise aussi peuvent bénéficier de toutes les largesses de la Sécu. Il suffit d’être affilié au régime général et devenir “assimilé salarié”. Alors oui, vous cotiserez plus, mais avouez-le, savoir que l’on peut se casser une jambe sans hypothéquer sa maison, ça n’a pas de prix. Attention ! Les actionnaires majoritaires de SARL sont exclus de cette disposition. Pour pouvoir être président ou gérant assimilé salarié, choisissez le statut SA(S).  
  • Prenez soin de vous. Pour prévenir le burn-out ou la dépression, rendez-vous chez le psy. Ça tombe bien, c’est remboursé par la Sécu depuis le mois dernier.

Peur #4 — Je quitte mon conjoint 💔

Après un divorce, les femmes perdent en moyenne 22% de niveau de vie contre 3% pour les hommes. Une stat’ à méditer avant de se mettre à mi-temps pour économiser en nounou.

Tips Spoune #janticipe

  • Participez à parts égales aux gros achats : appartement, voiture ou canapé, payez à 50/50 et gardez les preuves de paiement.
  • Le mariage en vue ? Avec le régime général, tout ce qui est acheté par le couple pendant le mariage appartiendra “à la communauté” c'est-à-dire aux deux.
  • Choisissez l'impôt "individualisé" plutôt que l'impôt “personnalisé” pour permettre à celui des deux qui gagne le moins de mettre quand même des sous de côté.

En gros, relisez notre news sur l’argent dans le couple !

Peur #5 — Je perds toutes mes économies 💸

Vous avez failli acheter des actions Lehman Brothers en 2007 et depuis, vous vous réveillez en sueur pour checker votre compte en banque ? Rassurez-vous, le grand effondrement, c’est surtout une super série sur Canal. Alors attendez un peu avant d’investir tous vos sous dans le kit complet du survivaliste.

Tips Spoune #janticipe

Le meilleur investissement, c’est votre résidence principale. Et on a une petite idée de comment faire.

Peur #6 — Je meurs ☠️

Ça, c’est la peur ancestrale qui hante jusqu’aux fondateurs des GAFA : Jeff Bezos d’Amazon et Sergei Brin de Google font tous les deux partie du courant transhumaniste, obsédé par la question de savoir si la technologie pourra un jour “tuer la mort”. Tuer la mort, c’est même le but avoué de Calico, filiale de Google qui lutte contre le vieillissement. Quant à Jeff, il a récemment investi dans Altos Lab, une start-up de rajeunissement (carrément).

À croire qu’ils feraient mieux de relire Rousseau : “Si nous étions immortels, nous serions misérables. (...) La nécessité de mourir n’est à l’homme sage qu’une raison pour supporter les peines de la vie.”

Mieux vaut une vie bien vécue qu’une éternité d’ennui, non ?

OK. Maintenant que l’on a revu ensemble le worst case scenario, rappelons-nous que l’on a aussi le droit de miser sur des lendemains qui chantent.

Un dernier conseil pour la route    

Les coups durs, ça arrive, mais en anticipant, peu de chance qu’ils vous laissent sur le carreau. Et quand la peur de tout perdre n’est plus une angoisse qui vous tétanise, elle devient une petite voix bienveillante qui vous invite à la prudence et vous permet de prendre des risques mesurés.

Apprendre le juste dosage entre un besoin de sécurité et une capacité à prendre des risques, voilà un projet de vie ambitieux !

L'Uppercut du jour

Vous êtes débarrassé de vos peurs, prêt à tout risquer ? On a juste une dernière anecdote.

En février 1976, Francis Ford Coppola a 40 ans et trois Oscars au compteur. Il débute le tournage d’Apocalypse Now, le film de sa vie, avec un budget de 16 millions de dollars. Pour rallonger,  il n’hésite pas à hypothéquer sa maison, sa voiture et ses futurs profits du Parrain. Mais entre un ouragan et la crise cardiaque de Martin Sheen, le tournage dure plus de 16 mois (contre 6 petites semaines annoncées...). Coppola perd 40 kilos, menace de se suicider plusieurs fois, et finit le film 18 millions hors budget... Mais il sera vite rassuré : avec 150 millions de dollars au box office, Apocalypse Now est un immense succès. Et Francis pourra garder son vignoble en Californie…et reprendre tranquillement ses 40 kilos.